Apprendre la généalogie

Construisez votre arbre généalogique pas à pas

Comment partager sa généalogie avec sa famille ?

Arbre généalogiqueJe fais des recherches généalogiques depuis un moment et je suis confrontée à un problème depuis le début : comment partager ce que je trouve avec ma famille ?

 

Au début, j’utilisais Heredis, je complétais des noms, des dates, des professions… mais cela restait seulement dans le logiciel de mon ordinateur ! J’imprimais également les actes que je trouvais mais cela a vite constitué beaucoup de documents, j’ai donc arrêté de les imprimer. Et puis quel intérêt de montrer à ma famille tous ces actes ? J’avais besoin de leur montrer un aspect global de notre généalogie.

Avec Heredis, il est possible de publier sa généalogie sur un site personnel en ligne, ce que j’ai fait. J’ai également publié mon arbre sur Geneanet. Mais avouons-le, cela s’adresse plus particulièrement aux autres passionnés de généalogie qui pourront trouver des informations manquantes ou qui seront ravis de découvrir un nouveau cousin qu’aux membres de ma famille. Oui, pour tout vous dire, ils sont contents d’en savoir un peu plus sur nos racines mais de là à aller parcourir un arbre mis en ligne sur Internet, non pas vraiment !

Quand j’étais ado, j’avais testé l’impression de feuilles et le découpage/scotchage pour faire un grand arbre maison mais résultat très moyen visuellement ! 😀
Bien plus tard, j’ai acheté “l’Arbre généalogique familial”, cet arbre à remplir a la particularité de pouvoir faire apparaître la descendance d’un couple sur 3 générations et l’ascendance de ses enfants sur 10 générations. Je le trouve très beau mais difficile à emmener partout avec soi 😉

arbre-genealogique-familial

J’ai ensuite commencé à écrire un blog avec des anecdotes, à faire des portraits et à publier l’avancement de mes recherches, mais cela me demandait trop de temps et ma famille ne lisait pas forcément …  Par contre, ça avait le mérite de me faire progresser dans mes recherches. Malgré tout, j’ai arrêté ce blog.

Depuis, je suis passée sur webtrees pour mon arbre généalogique, mon objectif premier étant de faire de la généalogie collaborative. J’ai bien sûr créé un accès aux membres de ma famille proche mais ils ne se sont pour la plupart jamais connectés ! 🙂 Je ne leur reproche pas, ce n’est pas leur passion mais la mienne !

J’ai quand même continué à chercher un support pour partager avec eux lorsque dans un repas de famille, on me demande : où en es-tu dans tes recherches ? ah bon, il y avait un noble dans nos ancêtres, mais sur quelle branche ? dans quelles communes vivaient nos ancêtres ? … Avec mon smartphone/ordinateur et webtrees, j’ai tout à portée de main mais je trouve ça quand même compliqué et moins spontané.

En début d’année, j’ai vu qu’un nouveau guide intitulé “Comment présenter sa généalogie ?” de Alain Rouault allait paraître, je me suis empressée de l’acheter! Et j’y ai trouvé de bonnes idées ! et beaucoup de questions à se poser pour choisir le bon support…

9782350773124_h430

Cela m’a donné envie de réaliser un livre familial ! Comme si je n’avais pas assez de projets ! 🙂 J’ai d’ailleurs testé Genopresse que je trouve très bien. Mais je laisse ce projet de côté pour le moment.

J’y ai aussi trouvé deux outils que je trouve formidable dans leur simplicité et facilité d’usage :

Cet arbre permet de faire figurer 10 générations avec suffisamment de place pour renseigner pour les générations de 1 à 5 : les noms, prénoms, dates et lieux de naissance, mariage et décès, ainsi que les professions. Pour les générations 6 à 8, je n’écris plus la profession sauf si elle est différente du métier de cultivateur. Pour les générations 9 et 10, je ne note plus que les années au lieu des dates complètes.
Ce que j’adore avec le Générama, c’est qu’il prend peu de place car il a en fait des feuillets à partir de la génération 6 et il peut se plier en 4. Des photos seront plus parlantes :

GeneramaGeneramaGenerama

Ses dimensions une fois pliées sont 38 cm x 28 cm. Je prends souvent le train, justement pour retourner en Bretagne, bien à plat dans le fond dans la valise, c’est idéal !
Il est possible de le faire imprimer mais j’ai préféré le remplir à la main, cela me permet de passer en revue mes ancêtres et j’adore ça ! On peut y ajouter des extensions jusqu’à la 15ème génération.

Mon livre généalogique est un album à remplir pour 10 générations. Pour les 6 premières générations, une page par ancêtre est à compléter. On peut y noter les frères et sœurs, un espace est prévu pour la photo, un arbre généalogique sur chaque page permet de situer la personne dans l’arbre. Et pour les générations 7 à 10, un arbre généalogique est à compléter.

Mon Livre GénéalogiqueMon Livre GénéalogiqueMon Livre Généalogique

Je le trouve très bien car il prend peu de place (21 cm x 15 cm) et permet de noter pas mal de choses. Idéal pour être feuilleté par la famille ! 🙂 J’y glisserai les actes particuliers que j’ai trouvé comme les actes de successions, registres matricules, contrat de mariage… Je suis tellement enthousiaste que je viens d’en acheter un second pour l’arbre de mon conjoint !

Ces 2 outils ont l’inconvénient du papier, c’est-à-dire qu’il faut les mettre à jour au fur et à mesure des recherches mais  il présente également l’avantage d’être palpable et de bien voir les recherches qu’il reste à mener …

Et vous, quel support utilisez-vous pour partager vos recherches ? Et pour la généalogie descendante ?

Produits de l’article :
Arbre généalogique à compléter : l’Arbre généalogique familial
Guide :  “Comment présenter sa généalogie ?” de Alain Rouault
Arbre généalogique à compléter : Le Générama de Alain Rouault
Album à compléter : Mon livre généalogique de Rémy Garcia

(si vous achetez les articles Amazon en passant par ces liens, je touche une petite commission qui m’aide à entretenir ce blog, alors merci !)

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    35
    Partages
  • 35
  •  
  •  

Précédent

Pourquoi et comment utiliser la presse ancienne ?

Suivant

A quel âge se marie-t-on selon les époques ?

  1. MAX DUBSKY

    BONJOUR? j’ai fait le même chemin et je suis arrivé au livre familial. J’ai aussi trouvé Genopress. Le seul problème de ce logiciel que je n’ai pas testé dans son intégralité c’est qu’une généalogie évolue et comment sont traités les écarts entre fichiers provenant de notre logiciel degénéalogie

    • Aurélie

      Bonjour Max.
      A chaque changement dans sa généalogie, il faut réimporter dans Genopresse.
      Mais de toute façon, un livre sera la photo de notre généalogie à un instant, elle peut toujours évoluer par la suite …
      Bonne continuation 🙂

  2. MAX DUBSKY

    oui Aurélie, je suis d’accord mais l’avantage de GENOPRESSE c’est que l’on peut modifier le fichier provenant du logiciel de généalogie à plusieurs niveaux, en supprimant ou ajoutant des documents et en modifiant le texte.
    C’est ce dernier point qui reste une question pour moi à savoir comment seront intégré ces modifications sur le nouveau fichier GEDCOM.
    Il y a peu de logiciel de généalogie qui savent travailler sur les écarts entre deux fichiers GEDCOM.
    Mon cousin germain intègre régulièrement ses fichiers GEDCOM dans MyHeritage que j’utilise et à chaque fois cela remet en cause les rapprochements que j’ai fait entre arbre généalogiques.
    C’est donc cet éternel problème de coexistence de deux fichiers dans deux applications différentes qui ne suivent pas la même cinématique

    bonne soirée

    • Aurélie

      J’avais fait des essais rapidement. Si vous reimportez un gedcom dans genopresse, cela écrase le précédent import et les modifications avec. Mais cela reste à vérifier.

      Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén